25 Oct

Une Jeune startup Africaine crée en 2014 vient de recevoir 40 millions de dollars de financement

Une Jeune startup Africaine crée en 2014 vient de recevoir 40 millions de dollars de financement

Andela a obtenu 40 millions de dollars de financement de série C pour lancer des bureaux dans deux autres pays africains au cours de la prochaine année, doublant sa base de développeurs de 500 à 1 000 pour répondre à la demande croissante.

Andela est présent au Nigeria, au Kenya et récemment lancé en Ouganda. Nous ne voulons pas spéculer mais les deux autres pays sont susceptibles d’être le Rwanda et le Ghana.

Le tour de financement a été mené par la société de capital-risque panafricaine CRE Venture Capital avec la participation de DBL Partners, d’Amplo, de Salesforce Ventures et de TLcom Capital, une société axée sur l’Afrique. Les investisseurs existants, y compris Chan Zuckerberg Initiative, GV et Spark Capital ont également participé à la tournée, portant le financement total d’Andela à un peu plus de 80 millions de dollars.

Pule Taukobong de la CRE, Julia Gillard, ancien Premier ministre australien et Amplo Board Partner, et Omobola Johnson, associé principal chez TLcom et ancien ministre des technologies de la communication au Nigeria, rejoindront le conseil d’administration d’Andela.

Selon Pule Taukobong, associé fondateur de CRE Venture Capital: «Actuellement, il y a plus de capitaux pour financer des idées à l’échelle mondiale qu’il n’y a de personnes pour les construire. Andela apporte une solution à ce dilemme mondial des talents tout en construisant une analyse de rentabilisation pour l’un des plus grands atouts de l’Afrique: nos collaborateurs.

Lancée en 2014, Andela vise à lutter contre la pénurie mondiale de talents techniques en investissant dans les développeurs de logiciels les plus talentueux d’Afrique. La firme a embauché 500 développeurs à ce jour – le top 0,7% de plus de 70 000 candidats de tout le continent.

Les développeurs sélectionnés passent six mois dans un programme d’intégration rigoureux avant d’être jumelé avec l’une des entreprises partenaires d’Andela en tant que membres de l’équipe d’ingénierie à temps plein. Au-delà du recrutement de talents de développement d’élite, Andela catalyse la croissance des écosystèmes technologiques à travers le continent en externalisant son contenu et en s’associant avec des organisations comme Google, Pluralsight et Udacity pour fournir des ressources et du mentorat aux développeurs.

Certaines des entreprises partenaires travaillant avec Andela pour construire des équipes d’ingénierie réparties comprennent Viacom et Mastercard Labs, Gusto et GitHub.

Source

21 Oct

Un Haïtien lance son propre smartphone en République dominicaine

Un Haïtien lance son propre smartphone en République dominicaine

Avec un écran de 5.5 pouces, un espace de stockage de 8 GB, 1 GB de mémoire RAM, empreinte digitale, etc. l’un des premiers modèles de la marque « Élite » est déjà un petit joyau. Selon la description faite par son concepteur, Wood Wedson Pierre, Elite E1 est un mélange de pure beauté, de technologie et de simplicité.

La fiche technique de ces tout nouveaux smartphones créés par le jeune haïtien Wood Wedson Pierre constitue déjà la promesse d’une grande marque. Le modèle « Élite E1 », l’un des premiers de la marque, est muni d’un écran HD de 5.5 pouces, avec l’unité de traitement (CPU) MT6580A QUAD-CORE. Huit (8) GB d’espace de stockage, 1 GB de RAM, le téléphone est également doté d’empreinte digitale permettant à son propriétaire de le déverrouiller à la seconde. En outre, ce téléphone fera l’affaire des amants des selfies. Au fait, il dispose d’une caméra arrière de 8 mégapixels et une caméra frontale de 5 mégapixels.

Néanmoins, d’autres modèles de la marque Élite s’annoncent déjà comme de grands concurrents pour certaines grandes marques au niveau mondial. Surtout en matière de prise de photo et de l’autonomie de la batterie. Selon le jeune créateur haïtien, Élite dispose de modèles de téléphones munis de caméras arrière de 21 mégapixels et de caméras frontales de 8 à 16 MP. Quoi de mieux pour avoir de belles photos ?

Élite F20 par exemple sera ce téléphone d’une mémoire RAM de 4 GB, avec une mémoire interne de 64 GB capable d’atteindre les 128 GB. Comme l’Élite E1, ce smartphone dispose d’empreinte digitale pour le déverrouillage à la seconde. Comme le slogan de la marque le stipule, c’est plus qu’un simple gadget (more than a simple gadget).

Un rêve qui ne date pas d’hier

Si d’ici à novembre 2017, les téléphones de Élite seront présentés au grand public, cette réalisation est plutôt l’accomplissement d’un rêve de longue date. Le jeune haïtien de 26 ans dit caresser ce rêve depuis près de quatre ans. Au départ, Wood Wedson Pierre était parti pour étudier la Médecine en République dominicaine. Mais, voulant aider ses parents, il a dû abandonner ses études pour tenter de créer sa propre entreprise.

Un choix mal vu par beaucoup de gens qui l’ont même traité de malade mental. Tenace, il n’a pas baissé les armes. N’ayant reçu aucune formation académique dans les sciences informatiques et la technologie, il a passé presque tout son temps devant son ordinateur pour se former via des plateformes en ligne. Grâce à un groupe d’entrepreneurs dominicains dont il fait partie (Centro Pymes Unphu y Centro de Emprendimiento Unphu), le natif de Petit-Goâve a suivi beaucoup de formation sur l’entrepreneuriat qui lui a permis de bien monter son entreprise.

Wood Wedson Pierre a fait des sacrifices énormes pour réaliser son rêve. Investissant toutes ses économies dans le projet, il est même devenu sans-abris en République voisine. Mais grâce à ses sacrifices, la République dominicaine possède aujourd’hui sa propre marque électronique. Une grande fierté pour les Haïtiens. Pour le jeune entrepreneur, sa réalisation aura permis de faire tomber les préjugés selon lesquels l’haïtien ne peut rien faire de bon.

L’on fait préciser que la marque inventée par ce jeune haïtien, Élite, produit également des ordinateurs portatifs, des tablettes, et d’autres gadgets électroniques. Tous ces produits seront bientôt connus du public haïtien. Haïti aura d’ailleurs l’un des stores officiels de la marque.

 

Source

30 Aug

Google lance un programme de formation technologique et un fond pour l’Afrique

Google lance un programme de formation technologique et un fond pour l’Afrique

Alphabet Inc’s Google vise à former 10 millions de personnes en Afrique en compétences en ligne au cours des cinq prochaines années dans le but de les rendre plus employables, a déclaré son chef de la direction jeudi.

Le géant de la technologie des États-Unis espère également former 100 000 développeurs de logiciels au Nigéria, au Kenya et en Afrique du Sud, a déclaré un porte-parole de l’entreprise.

La promesse de Google a marqué l’expansion d’une initiative qu’elle a lancée en avril 2016 pour former les jeunes africains en compétences numériques. Il a annoncé en mars qu’il avait atteint son objectif initial de formation d’un million de personnes.

La société s’engage à préparer encore 10 millions de personnes pour des emplois dans le futur au cours des cinq prochaines années, a déclaré le chef de la direction de Google, Sundar Pichai, lors d’une conférence d’entreprise dans la capitale commerciale nigériane de Lagos.

Google a déclaré qu’il offrirait une combinaison de formation en personne et en ligne. Google a déclaré sur son blog qu’il réalise la formation en langues, y compris le swahili, le haoussa et le zoulou et essaie de faire en sorte qu’au moins 40 p. 100 des personnes formées soient des femmes. Il n’a pas dit combien coûte le programme.

L’Afrique, avec sa croissance rapide de la population, la chute des coûts de données et l’adoption massive de téléphones portables, ayant largement recours à un ordinateur personnel, est tentant pour les entreprises technologiques. Des dirigeants comme le président de Alibaba Group Holding Ltd Jack Ma ont également récemment visité des parties du continent.

Mais des pays comme le Nigéria, le Kenya et l’Afrique du Sud, que Google a déclaré qu’il viserait initialement pour sa formation aux développeurs mobiles, pourraient ne pas offrir autant d’opportunités que les entreprises chinoises et indiennes.

Les lacunes en matière de richesses engendrissent qu’une grande partie de la population dans des endroits comme le Nigeria a peu de revenus disponibles, alors que l’adoption mobile tend à favoriser des modèles de téléphones plus basiques. Combiné à de mauvaises infrastructures de télécommunications, cela peut signifier un ralentissement et moins de navigation sur Internet, dont les entreprises technologiques comptent pour gagner de l’argent.

Google a également annoncé son intention de fournir plus de 3 millions de dollars en financement sans frais, mentorat et espace de travail à plus de 60 start-ups africaines sur trois ans.

En outre, YouTube lancera une nouvelle application, YouTube Go, visant à améliorer la diffusion vidéo sur les réseaux lents, a déclaré Johanna Wright, vice-présidente de YouTube.

YouTube Go est testé au Nigeria en juin, et la version d’essai de l’application sera offerte dans le monde plus tard cette année, at-elle déclaré.

 

 

Source

23 Jul

Voici le premier zimbabwéen à concevoir et fabriquer un véhicule à moteur électrique et un hélicoptère hybride

Voici le premier zimbabwéen à concevoir et fabriquer un véhicule à moteur électrique et un hélicoptère hybride

Sangulani Chikumbutso dirige la société Saith Technology, spécialisée dans l’énergie et la communication. Le jeune inventeur, qui est né et a grandi à Kuwadzana, une banlieue résidentielle de Harare la capitale, déclare volontiers « défier les lois de la physique » dans le domaine de technologie. Zoom sur quatre inventions phares du prodige présentées au public.

L’hélicoptère hybride

SAITH-Helicopter-stands-by-the-two-seater-helicopter-which-uses-six-different-types-of-fuel

Conçu sur un modèle futuriste, cet hélicoptère dispose de deux sièges et utilise six types de carburants différents. Baptisé Saith Hex-Copter, il est doté d’un moteur à propulsion hybride. Pour la fabrication de son prototype, Sangulani Chikumbutso explique importer quelques pièces, notamment celles numériques et le graphite mais l’essentiel de la production est local. En dehors du graphite, un grand nombre de composants métalliques sont fabriqués avec des matériaux en aluminium et en acier. La caractéristique la plus novatrice de cet hélicoptère est certainement la technologie Fly-by-wire dont il est doté qui permet un contrôle manuel avec l’électronique, ce qui le rend plus léger en altitude.

La voiture électrique écologique

zimbabwe

La voiture mise au point par l’inventeur zimbabwéen a l’avantage d’être écologique, donc respectueuse de l’environnement, dans un contexte de réchauffement climatique. Elle est en effet équipée d’un moteur électrique qui utilise l’énergie verte mise au point lors de la fabrication du Greener Power Machine. Chikumbutso affirme ne pas avoir conçu le modèle du véhicule. Cependant, il en fait fabriquer la coque par des artisans, localement. Contrairement aux voitures électriques déjà commercialisées de par le monde, son invention n’a pas besoin d’être constamment chargée à partir d’une source d’électricité. Les cinq batteries spéciales dont elle est dotée produisent dès le démarrage la quantité d’énergie nécessaire pour rouler. La charge se poursuit en continu tant que le véhicule est en mouvement. Son pic de vitesse est de 90km/h.

Le drone de surveillance autonome

drone

Le drone intelligent Mesh IP sert à la fois à la surveillance et à la communication. Selon son concepteur, il est entièrement indépendant et peut se diriger de façon autonome, ce qui en fait un modèle unique. « La plupart des drones disposent de télécommandes pour effectuer des vols réguliers, mais très peu possèdent la fonction de pilote automatique. Le logiciel spécifique à cette fonction a été introduit à partir du Canada », précise t-il sur le site internet de Saith Technologies. Pour réaliser cette prouesse technologique, le jeune inventeur a entrepris de synchroniser numériquement les radars, moteurs, et capteurs. Le drone peut être programmé pour faire demi-tour en fonction des conditions climatiques ou en cas de recherches infructueuses.

La Greener Power Machine (GPM)

zimb

Cette invention est, selon le site d’information blackfeelings.com, en passe de révolutionner le secteur de l’énergie. Fabriqué localement, ce générateur produit de l’énergie propre, 100 % écologique et a une capacité de 500000 Watts. Pour parvenir à ce résultat, l’inventeur zimbabwéen a utilisé la technologie radio. Novateur, ce générateur est conçu pour canaliser l’énergie qu’il produit et de la convertir en énergie électrique directement utilisable par les appareils électriques.

Avec toutes ces inventions, ce passionné d’électronique peut estimer avoir réalisé son rêve d’enfant. Lui qui ambitionnait de suivre les traces de son père mécanicien.

Source

23 Jul

un jeune étudiant kenyan invente un détecteur numérique d’alcoolémie qui bloque la voiture si nécessaire.

un jeune étudiant kenyan invente un détecteur numérique d’alcoolémie qui bloque la voiture si nécessaire.

Un jeune kényan, Alex Menjo, étudiant en 5ème année d’ingénierie de l’information et des télécommunications à l’Université Multimédia du Kenya (MMU), s’est illustré positivement avec son détecteur numérique d’alcoolémie qui bloque la voiture si nécessaire.

Cet outil, il l’a développé pour réduire le risque de survenue d’accidents de la circulation provoqués par la conduite en état d’ivresse au Kenya. Le système numérique, contrairement au test d’alcoolémie utilisé par la police routière nationale, empêche les conducteurs ivres de prendre le volant. Doté d’un analyseur d’haleine, cette innovation TIC convertit les données d’alcoolémie du conducteur, récoltées dans l’habitacle du véhicule, en impulsions électriques. Si la mesure du niveau d’alcoolémie est élevée, le système déclenche un capteur qui bloque le démarrage du moteur. Le moteur de la voiture ne pourra pas démarrer, aussi longtemps que le conducteur ivre sera derrière le volant et que son niveau d’ivresse, enregistré par le système, demeurera élevé.

Inspiré du test d’alcoolémie utilisé par les patrouilles de la police routière nationale, le système développé par Alex Menjo peut être fixé soit sur le volant, soit sur la portière du conducteur. Lorsque le moteur se bloque, l’innovation peut également émettre un signal de géolocalisation pour permettre au propriétaire du véhicule, si c’est un de ses proches, de le retrouver facilement.

D’après l’Autorité Nationale de la Sécurité des Transports (NTSA), plus de 1 602 personnes ont déjà perdu la vie, suite à des accidents de circulation au cours du premier semestre de cette année.

Source

16 Jun

La start-up africaine de la semaine : Timonn, une application ivoirienne pour combler le manque de petite monnaie

La start-up africaine de la semaine : Timonn, une application ivoirienne pour combler le manque de petite monnaie

Lancée le 1er janvier à Abidjan, l’application mobile Timonn tente de combler le manque de petite monnaie dans la capitale économique ivoirienne. Objectif de cette start-up : s’implanter dans le reste du pays et développer d’autres services.
« Y’a la monnaie ? » À Abidjan, la question se décline plusieurs fois par jour dans les épiceries, les pharmacies, mais surtout dans les transports collectifs. Dans la capitale économique ivoirienne comme dans le reste du pays, la petite monnaie est constamment recherchée. D’où l’idée de Barthélemy Kouamé, en 2014, de créer Timonn, application mobile permettant d’échanger de petites sommes d’argent avec les commerçants. Le principe : après avoir téléchargé l’application, les particuliers peuvent charger jusqu’à 5 000 F CFA ( 7,6 euros) sur leurs comptes dans un centre agréé. « Ils peuvent ensuite payer leurs petites courses chez les commerçants qui ont également téléchargé l’application, mais aussi se faire rembourser leur petite monnaie, comme s’il s’agissait d’avoirs numérisés qu’ils pourront ensuite utiliser ailleurs ou bien retirer », explique le fondateur de Timonn, Barthélemy Kouamé.
« L’idée n’est pas de remplacer la petite monnaie, mais de faciliter les paiements », ajoute l’ancien journaliste de Fraternité Matin. Avant de poursuivre, exemple à l’appui : « Sur une note de 58315 F CFA au supermarché, le consommateur pourrait ainsi payer 58 000 en billets, et virer les 315 F CFA restant via Timonn pour ne pas perdre sa monnaie ou devoir acheter quelque chose dont il n’avait pas besoin pour tomber sur un compte rond.
Disponible dans une quarantaine de commerces Abidjanais
Depuis son lancement le 1e janvier 2017, l’application − uniquement disponible sur Android − revendique plus de 10 000 téléchargements et un million de F CFA (1523 euros) d’avoirs numériques en circulation. « C’est encore peu, mais ce n’est qu’un début », veut croire l’ancien journaliste. Car pour l’heure, Timonn n’est utilisée que par une quarantaine de commerçants et établissements partenaires, dont quelques chauffeurs de taxi, une boîte de nuit, des établissements de photocopies, mais aussi plusieurs restaurants d’Abidjan.